Article révisé par les pairs
Résumé : Le présent article a pour but d’explorer le retentissement du scandale Cambridge Analytica dans la twittosphère francophone. L’hypothèse qui a guidé l’analyse est que les usagers ont manifesté peu de surprise face à la collecte massive de données réalisée via la plateforme Facebook. La routinisation des polémiques liées aux scandales aurait comme conséquence une acceptation résignée de la situation et une non-remise en question de la gouvernance d’Internet telle qu’elle se présente actuellement. Dans le but de prouver cette hypothèse, un corpus exhaustif de tweets écrits en français a été analysé pour observer le positionnement discursif des énonciateurs. L’analyse du corpus montre une dénonciation importante de l’affaire, avec deux postures majoritaires : l’acceptation résignée et la dénonciation plus ou moins active du scandale. Si la première posture est fondée sur le sentiment que la gouvernance d’Internet (GI) est non modifiable, la seconde s’appuie au contraire sur une indignation qui pousse les internautes à espérer des changements, voire à les provoquer eux-mêmes. Dans ce cas, la gouvernance d’Internet telle qu’elle existe maintenant est remise en question, même si les internautes pointent notamment la responsabilité des entreprises du Web et ne parlent quasiment pas de celle des internautes et de l’État.