par Ouali, Nouria
Référence Nouvelles questions féministes, 34, 1, page (14-34)
Publication A Paraître, 2015
Article révisé par les pairs
Résumé : L’article examine les rapports de domination au sein du féminisme majoritaire francophone bruxellois que dénoncent des féministes minoritaires. L’article décrit le processus de construction politique du groupe des femmes minoritaires établit sur base de la confession (réelle ou supposée) et la couleur de la peau. La deuxième partie présente le paysage complexe du féminisme francophone et son approche des femmes minoritaires et de leurs préoccupations. La troisième partie met en relief les résistances à la domination des féministes minoritaires et leur influence sur la reconfiguration des organisations féministes. La quatrième partie s’appuie sur des témoignages de féministes minoritaires pour illustrer les tensions et les controverses. En conclusion, l’article propose des pistes pour tenter de dépasser les antagonismes qui divisent et paralysent le mouvement féministe bruxellois.
The article examines the power relations within the French-speaking feminist movement in Brussels, which is subject to critics on behalf of minority feminist group. The first section describes the political construction that draws up minority women’s profile on the ground of religion (real or alleged) and skin colour. The second section presents the complex landscape of the French-speaking feminist movement and its approach of minority women and their concerns. The third section considers the minority women resistance to domination and its influence on the reshaping of women’s organisation. Through feminist narratives, the fourth section reports concrete examples of conflicts and controversies opposing minority and majority feminists. The paper concludes in suggesting some initiatives to go beyond the antagonisms, which split and freeze the Brussels’ feminist movement.